10 Jan

Pas encore mort !

Bonne année à tous ! Non, je ne suis pas mort. Pas encore en tout cas. Lemmy et Michel ne peuvent malheureusement pas en dire autant. Arf, cela viendra bien assez tôt. Non, c’est bien pire que cela, j’ai retrouvé du travail, ou plutôt plusieurs « travails ». Un pour essayer de redresser l’activité d’un magasin qui bat de l’aile, et l’autre pour essayer de remettre sur pied le département financier quelque peu bordélique d’une moyenne entreprise (et éventuellement le lean-ifier).

Les billets débiles qui n’intéressent que moi et la traduction de Security Analysis sont donc un peu passés à la trappe. Mais n’allez pas croire que cela est terminé, je n’ai pas dit mon dernier mot. D’ailleurs, une récente traduction en français de Security Analysis ne me fera pas plus reculer, et vu le niveau de traduction des ouvrages francisés de Graham, je ne me fais pas trop de souci.  De toute façon, même si cette traduction s’avère de bonne facture, il y a fort à parier que les choix de traduction seront différents.

Sinon côté bourse, ayant dégagé une petite plus-value sympathique sur mon bien immobilier, la faiblesse du marché me permet de faire mes emplettes tranquillement : Cummins, Apple, Deere, Phillips 66, IBM, Colfax se disputent mes deniers. Peut-être d’autres si le marché continue sa course folle vers l’abime.

A suivre (peut-être)…

02 Sep

L’analyse des titres financiers (chapitre 33)

Voici le chapitre 33 de L’analyse des titres financiers sur les artifices comptables utilisés dans le compte de résultat, notre grande série continue. Une phrase résonne particulièrement dans ce chapitre : « Vous ne pouvez faire en sorte de prendre en compte un management malhonnête dans vos déductions mathématiques ; la seule façon de gérer ce genre de situation est de les éviter. »

Voilà, voilà, sinon çà va, les marchés se cassent la gueule, mon portefeuille tient la route pour l’instant, mais je triche j’ai beaucoup de liquidités disponibles à faire rentrer. Le market timing ne paye pas parait-il. J’espère que ce n’est pas totalement vrai…