29 Fév

Evergrande Maximus

Ah la Chine ! Sa culture millénaire, son baijiu, ses caractères mystérieux, ses baozi et son parc immobilier. Alors que tout le monde a les yeux rivés sur la bulle feu-pétrolifère qui fuite, une autre tout aussi inquiétante est en train de perdre de l’air, celle de l’immobilier chinois, et plus précisément de ses promoteurs.

Là où quelques petits trilliards sont en jeux sur le pétrole (quoique, si l’on comptait la dépréciation des réserves mondiales, l’addition serait très salée), quelques dizaines, voire centaines se jouent sur le marché immobilier chinois.

Pour rigoler un peu, j’ai pris les comptes de la société Evergrande, ancienne cible d’Andrew Left, le fameux patron de Citron Research. Outre son nom à consonance mégalomaniaque, on notera tout d’abord que cette société cotée à Hong-Kong est enregistrée aux Iles Caymans. Tiens, c’est surprenant pour une des plus grandes entreprises de construction en Chine. Allez, pour vous faire rêver, un premier extrait du rapport annuel :

Screen Shot 2016-02-29 at 3.59.27 PM

La séquence rêve en plastique est terminée. Continuons, avec la rémunération des patrons. Tiens, le nouveau CEO vient de se mettre 100 millions d’actions en stock options. À 5 HKD l’action, cela fait un peu d’argent quand même. Passons. Les comptes. Tiens, c’est surprenant, la société gagne de l’argent, 18 milliards de profit quand même, le patron mérite peut-être ses stock-options finalement.

Screen Shot 2016-02-29 at 4.04.56 PM

Mais attendez, c’est surprenant, les cash-flows sont dans le rouge… Par charité chrétienne, je ne mets ci-dessous que les cash-flows opérationnels, c’est encore pire avec ceux d’investissement :

Screen Shot 2016-02-29 at 4.08.55 PM

45 milliards en moins sur le compte en banque, impressionnant. Heureusement pour eux, les épargnants chinois sont bloqués en Chine et sont obligés d’investir en ce moment dans l’immobilier ; le raisonnement est le suivant : l’immobilier va péter, donc les banques vont morfler, donc je sors mon argent de la banque pour acheter un appartement, au moins j’aurais un toit pour dormir. Vous noterez l’amusante circularité du raisonnement. Bref, dernier sursaut avant le grand saut, attachez vos ceintures.

Ce n’est peut-être pas si idiot que cela quand on voit la liste des sponsors de Evergrande-Maximus-ça-va-pour-mes-chevilles-merci. Jugez plutôt :

Screen Shot 2016-02-29 at 4.15.04 PM

Tout le gratin bancaire est là, aux premières loges pour payer le dividende (bien sûr qu’il y a un dividende) et les stock options du patron génial ! Heureusement, que le gouvernement va sortir le carnet de chèque quand ça va se gâter. Car, la situation de Maximus Grandiosus n’est pas isolée, comme le notait un analyste qui suit la société (dont j’ai oublié le nom). Leur rapport contenait une brève analyse des cash flows de quelques promoteurs chinois :

Screen Shot 2016-02-25 at 10.28.21 AM

Étonnant, non ? Allez, pour finir, un extrait du bilan :

Screen Shot 2016-02-29 at 4.23.04 PM

Donc beaucoup de dettes, peu de capital avec en face aux actifs, des immeubles en construction aux quatre coins de la Chine… Quelle mauvaise langue cet Andrew Left !

Une pensée sur “Evergrande Maximus

    • J’aimerais bien mais je ne saurais comment faire. Kyle Bass shorte le yuan pour des raisons techniques qui m’échappent un peu : réserves doivent être apparemment maintenues à 2,5 T USD, et 100 milliards par mois qui sortent de Chine. Je ne comprends pas trop cette approche macro, la micro me parle plus. Et là, c’est sûr qu’ils vont devoir renflouer toutes ces entreprises et les banques si ça part en sucette. Ce qui veut dire dévaluation normalement. Donc shorter le yuan, ça peut-être un dérivé d’un short sur ces entreprises.

      Remarque, je me demande si un short sur une boite de Commodities européenne ne pourrait faire l’affaire. Tu imagines la tête d’Arcelor Mittal si demain les chinois dévaluent de 20 à 30 % ?

Laisser un commentaire