01 Fév

Mille-feuille et rimmel chez CBI

Comme de nombreux investisseurs et autres joueurs de roulette invétérés, j’assiste, impuissant, à la chute d’une des valeurs sûres du gros oeuvre énergétique, CBI. Certains y vont la fleur au fusil:  « c’est une entreprise extraordinaire, une occasion en or, tu verras, dans cinq ans, on en rigolera ». Pour l’instant, avec une chute de plus de 50% sur ses plus hauts et un cours qui est passé de $87 à $34 en un an, ce n’est pas très drôle. La raison? Des doutes sur la qualité de l’acquisition d’un concurrent en février 2013, Shaw Group.

Screen Shot 2015-02-01 at 10.20.27 PM

Lire la suite