26 Fév

Theravance et sa « biopharma »

Allez, Theravance toujours et encore avec cette fois-ci, quelques détails en plus sur Theravance Biopharma (TBPH). Nous avons beaucoup parlé de Theravance (THRX). Au tour de TBPH. Certains développements récents comme le lancement de l’étude sur le Vibativ et le contrat signé avec Mylan nous permettent de mieux valoriser la bête.

La situation est un peu complexe et il est difficile de comprendre ce qu’il s’y passe, beaucoup d’analystes semblent d’ailleurs un peu se mélanger les pinceaux quand il s’agit de Theravance Biopharma (TBPH). C’est qu’il s’agit en quelque sorte d’une spin-off inversée. En effet, Biopharma conserve le pipeline et le management, et seuls 2 produits (enfin 3 avec le Vilantérol monothérapie) restent dans Theravance (THRX), qui est une coquille vide dont l’utilité est de maximiser le retour sur investissement des actionnaires.

Qu’y-a-il dans cette Biopharma au final ? Qu’avons-nous pour une capitalisation d’environ 600 millions de dollars et 300 millions en cash en banque? Pour ce prix, nous avons un produit sur le marché sans marché ni partenaire, une combinaison signée avec GSK et un produit en phase 2 récemment signé avec Mylan. Plus un pipeline de six produits, et quelques petits contrats qui trainent.

Le produit sur le marché, Vibativ, n’appartient à personne, il en effet peu intéressant pour l’instant, c’est un antibiotique de niche dont l’indication est trop limitée. Biopharma est en train d’utiliser son cash pour étendre l’indication en lançant des études cliniques, l’enrôlement des patients vient d’ailleurs de commencer cette semaine. Le potentiel de ce produit est très certainement limité, mais il peut être intéressant pour monter la force de vente de Biopharma. Un deuxième antibiotique est d’ailleurs dans le pipeline et encore signé avec aucun partenaire… Et la copromotion du TD-4208 avec Mylan.

Ensuite, nous avons la pièce de résistance du menu avec la combinaison triple dans le COPD, signée avec GSK. Cette combinaison serait la première sur le marché. Le développement est payé par GSK et Biopharma possède 85% des droits sur le produits (15% pour THRX). Certains analystes pensent que la première combinaison triple devrait faire plusieurs milliards de vente par an. Plus simplement, nous pouvons prendre la moitié de la valorisation de THRX pour valoriser ce produit qui est, avec Breo et Anoro, un des fers de lance de la nouvelle gamme respiratoire de GSK, soit environ 1 milliard de dollars.

Enfin, toujours dans le solide, nous avons le TD-4208, toujours un produit respiratoire, signé avec Mylan, le deal inclut 15 millions cash, entrée de Mylan à 5% du capital, plus de 200 millions de milestones, et un profit-sharing une fois le produit sur le marché avec 35% des profits pour TBPH. Si Mylan est prêt à mettre plusieurs centaines de millions sur la table, il y a fort à parier que Mylan prévoit à son tour d’en tirer plusieurs centaines de millions. Allez, au pif, la valeur est de 400-500 millions pour TBPH. Les détails ci-dessous :

Screen Shot 2015-02-26 at 2.40.47 PM

En plus, je vous mets un autre produit en développement avec GSK et 6 produits en phase 2, avec quelques petits contrats signés avec Alpha Wassermann, R-pharm et Clinigen.

Au final, qu’avons-nous pour 300 millions nets de cash? Un produit à un milliard, un autre à 500 millions, 6 autres produits dans le pipeline, et une option sur une future pharma avec sa force de vente. Bien évidemment, il reste beaucoup de temps jusqu’au lancement des produits dans le pipeline et beaucoup de cash va partir en fumée en R&D et en force de vente. Comme discuté précédemment, il existe toujours un trade-off avec Theravance, si GSK perdait son intérêt pour la combinaison triple, cela affecterait négativement Biopharma et positivement Theravance. Mais par rapport aux autres deals dans la pharma, tout cela semble peu onéreux. Même en lui-même, cela semble peu onéreux.

Actionnaire THRX et TBPH

Laisser un commentaire